Un sondage pour identifier vos besoins

L’objectif de ce sondage mené par l’association des artistes plasticiens du Luxembourg – aapl, est
°d’identifier les besoins d’espaces de création
°afin de programmer au mieux une mise à disposition future de bâtiments,
°en coopération avec les ministères concernés. 

Si vous cherchez un atelier, merci de remplir ce formulaire : https://fr.surveymonkey.com/r/PSLZDKP

Deadline : 15 juillet 2019

L’aapl membre du comité de pilotage d’un Arts Council

L’aapl a été invitée à rejoindre le comité de pilotage pour accompagner la mise en œuvre d’un Arts Council.

Le comité de pilotage aura pour missions d’entreprendre tous les travaux nécessaires en vue de la mise en place d’un « Arts Council » et notamment :
– sur base des études réalisées, d’ébaucher le concept de l’établissement,
– de discuter et négocier la mise au point du concept avec les partenaires concernés,
– de conseiller la rédaction de l’avant-projet de loi relatif à l’établissement public,
– d’élaborer un programme pluriannuel de l’établissement public,
– de réaliser une estimation du budget de fonctionnement et du budget d’aides,
– d’analyser le lieu d’implantation et, le cas échéant, de conseiller le maître d’ouvrage,
– de développer un dossier de présentation à la presse et
– de contribuer à la conception de l’ouverture de l’établissement public.

CARTE INTERNATIONALE D’IDENTITÉ DES ARTISTES PROFESSIONNELS – IAA

L’AAPL a désormais le droit d’émettre la Carte Internationale d’Identité d’Artistes Professionnels de l’International Artist Association (IAA) dont elle est membre.

Cette carte est reconnue par l’Unesco est donne droit à l’entrée gratuite dans les musées qui participent au programme, voir liste dans le lien ci-bas.

https://www.iaa-europe.eu/index.php/iaa-card

Les membres actifs de l’association AAPL recevront automatiquement cette carte lors de la cotisation annuelle (30 EUR), celle-ci est valable pendant un an: info@aapl.lu

Réunion des membres 2.11.2018

La prochaine réunion aura lieu le 2 novembre 2018 à 19:00, au siège de l’asbl

29, rue Dicks à Esch-sur-Alzette.

Ordre du jour:

  • présentation des missions et des modalités de la convention avec le Ministère de la Culture
  • structuration de l’administration
  • définition des activités 2019 et organisation des groupes de travail
  • présence de l’AAPL à la Luxembourg Art Week 2018

Présentation de notre publication REPÈRES à Berlin le 14 mars

REPÈRES/LANDMARKS: Am Mittwoch, dem 14. März ab 20 Uhr präsentiert die Luxemburgerin Dr. Catherine Lorent, im Kosmetiksalon Babette (Bar Babette), das erste Buch, das von der Association of Visual Artists in Luxemburg (aapl) herausgegeben wurde und sich mit der Vielfalt der Luxemburger Kunst im öffentlichen Raum in einem historischen, philosophischen und politischen Kontext beschäftigt.

avec le soutien de l’Ambassade du Luxembourg à Berlin

IMG_3766.JPG

BILAN DES ATELIERS POST-ASSISES CULTURELLES

1er juillet 2017, Mierscher Kulturhaus

Programme :

À partir de 9 h 00 : café-croissant

09 h 30 : Mot de bienvenue : Michel Malherbe, bourgmestre
09 h 35 : Introduction : Guy Arendt, Secrétaire d’Etat à la Culture
09 h 45 : Bilan des ateliers du jeudi : Jo Kox
10 h 15 : Questions – réponses
10 h 45 : Pistes de réflexion pour un plan de développement culturel 2018-2022 : enjeux et axes stratégiques
12 h 00 : Questions – réponses
13 h 00 : Fin de séance

Obligation de confirmer votre présence à l’adresse assises.culture@mc.etat.lu

EXPOSITION REPÈRES

Capture d’écran 2017-02-04 à 11.08.25.png

organisée par l’AAPL en collaboration avec le LUCA

Vernissage, le 16 février à 19h00

Exposition du 17 Février au 15 Avril 2017

du mardi au vendredi de 14h-18h, le samedi de 11h-15h

1 rue de l’Aciérie, L- 1112 Luxembourg

Cette initiative a été soutenue par l’Oeuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte, Le Fonds culturel national, la Fondation Indépendance et le Ministère de la Culture.

INITIATIVE ART PUBLIC FEVRIER 2017

Initiatives de l’aapl relatives à la promotion de l’art public

Depuis les années 90, l’art public a trouvé un nouvel essor au Luxembourg, d’abord durant l’année culturelle en 1995, ensuite avec la loi instaurant le principe du pourcentage artistique*.

Nous avons pu constater qu’il n’existait pas de travaux théoriques autour de l’art public au Luxembourg, ou très peu. Il n’existe pas non plus d’inventaire des œuvres réalisées grâce à la loi mentionnée ci-dessus.

A travers nos initiatives, nous souhaitons mettre en valeur ces réalisations qui suscitent un intérêt artistique et patrimonial idéniable et les inscrire dans une réflexion théorique et historique (histoire de l’art).

  • Publication de 10 articles sur l’art dans l’espace public dans « Le Quotidien » (à paraître entre le 26 mars et le 10 avril 2016). Les auteurs suivants ont été invités par l’aapl : Introduction par Pablo Chimienti (journaliste, Le Quotidien), Marianne Lorgé (chef de rubrique, Le Jeudi – Culture), Marianne Brausch (architecte, Fonds du Kirchberg), Danièle Wagener (Directrice des 2 Musées de la Ville de Luxembourg), Sofia Eliza Bouratsis (théoricienne de l’art, journaliste indépendante, curateur), Paul Rauchs (psychiatre, amateur d’art, CEPA), Philippe Nathan (architecte), Alex Reding (galeriste, Galerie Nosbaum Reding) et Christian Mosar (curateur, journaliste).
  • Publication d’un livre mettant en valeur création artistique dans l’espace public à Luxembourg (février 2017)

La publication comportera notamment des textes Sofia Eliza Bouratsis, de Pippa Koszerek, de Christian Mosar et de Josée Hansen, graphisme : Laurent Daubach, photographies : Eric Chenal

Diffusion de la publication auprès des administrations publiques, librairies, musées et dans l’enseignement.

  • Table ronde et présentation du livre

Par cette initiative, l’aapl vise un public diversifié (spécialistes de l’art contemporain, administrations publiques, grand public, etc.).

  • Exposition au LUCA Luxembourg center for architecture du 16. février au 15.avril 2017

Exposition visant à donner une plus grande visibilité à l’art public au Luxembourg. ( photos, documents, videos, croquis, maquettes)

A travers ces initiatives nous visons à sensibiliser :

Les publics :

  • les publics qui ne fréquentent pas habituellement les institutions culturelles
  • publics variés en fonction de l’emplacement de l’œuvre (art dans les lycées, dans les hopitaux, art urbain, etc.)

 Les commanditaires :

  • augmenter le nombre de commandes dans les communes
  • promouvoir la publicité des concours
  • prise de conscience de la valeur de ce patrimoine artistique par la société civile

Valeur culturelle

Les œuvres d’art dans l’espace public enrichissent notre perception de l’environnement et démocratisent l’accès à l’art. Elles multiplient les expériences en y amenant du sens et de la réflexion. Elles peuvent susciter des discussions et intérêts divers. L’espace public devient ainsi espace de création, d’inspiration et d’échange.

Valeur économique

La plupart des œuvres d’art public sont des œuvres d’envergure qui réclament le savoir-faire et les compétences d’entreprises qualifiées (ingénieurs, constructeurs, artisans etc.). Les projets réalisés mettent en valeur ces intervenants et profitent à l’économie du pays et peuvent devenir des points d’attraction touristiques.

Valeur pour les artistes 

  • projets d’envergure souvent liés à de nouvelles techniques de réalisation (innovation)
  • supervision et gestion de projets d’envergure
  • cachet professionnel attractif
  • reconnaissance et visibilité accrue de l’artiste
  • contact avec de nouveaux publics

* Le régime juridique du pourcentage artistique est prévu à l’article 10 de la loi du 19 décembre 2014 relative (i) aux mesures sociales au bénéfice des artistes professionnels indé́pendants et des intermittents du spectacle et (ii) à la promotion de la création artistique, et dans le règlement grand-ducal du 2 septembre 2015.

Lors de la construction d’un édifice par l’Etat, ou de la réalisation d’un édifice par les communes ou les établissements publics financée ou subventionnée pour une part importante par l’Etat, un pourcentage du coût total de l’immeuble ne pouvant être en dessous de 1% et ne pouvant dépasser les 10% est affecté à l’acquisition d’œuvres artistiques à intégrer dans l’édifice. Le montant à affecter à l’acquisition d’œuvres artistiques ne peut pas dépasser la somme de 500.000 euros par édifice (800.000 euros auparavant).

Les édifices visés par la loi sont les immeubles à vocation culturelle, éducative, sociale, administrative ainsi que tous les immeubles destinés à recevoir des visiteurs.

Un concours d’idées est lancé dans les cas où une loi spéciale doit être votée pour la réalisation de l’édifice. Le pourcentage du coût global est déterminé par règlement grand-ducal, de même que les modalités des concours publics ainsi que les modalités d’appréciation et d’exécution des dispositions du présent article.

Un règlement grand-ducal institue auprès du ministre ayant la Culture dans ses attributions une commission de l’aménagement artistique dont il fixe la mission, la composition, les attributions et l’indemnisation.

NOUVEAU FORMULAIRE MESURE SOCIALE AU BENEFICE DES ARTISTES PROFESSIONNELS

Le service juridique du ministère a opté pour la solution suivante :

Si vous avez déjà la reconnaissance en tant qu’artiste professionnel indépendant, après échéance (2 ans) une reconduction n’est plus possible et il faut formuler une nouvelle demande.
Il faut donc obligatoirement accompagner votre demande de 3 lettres de reconnaissances et d’une preuve d’inscription au registre des titres d’enseignement supérieur pour les diplômés ainsi que la preuve d’inscription en tant que TII à la sécurité sociale depuis 1 an (pour les non-diplômés depuis 3 ans).

Registre des titres, Ministère de l’Enseignement Supérieur, Mme Reisch, tél. 2478-6640, mesr.public.lu.enseignement supérieur, homologation diplôme 125€ / Copie 10€

Cette solution a été créée car nombreux artistes auraient perdu leur statut n’ayant pas gagné 4 x le salaire social minimum de revenus artistiques nécessaires conforme à la nouvelle loi, surtout ceux dont la reconnaissance s’est arrêtée peu après cette nouvelle loi (1er mars 2015, art.16. …..après l’épuisement de ce terme la loi devient caduque)…il s’agit donc d’une sorte de remise à zéro après la votation de la nouvelle loi. Ensuite vous aurez de nouveau droit à la demande de reconduction comme avant.